• sharlenosika

L'atonie du marché des CEE : un problème reconnu ?



Que se passe-t-il ?


Depuis le début de la cinquième période, le marché des CEE est au cœur des discussions de notre filiale. En effet, une atonie générale de ce marché a été remarquée. Un gouvernement qui se retrouve face à un mécontentement, appuyé par une baisse de 75% du nombre de chantiers depuis le début de l'année 2022. Le marché se retrouve compromis avec une baisse des prix des certificats d'économie d'énergie qui s'élève à 30% en un an et une réduction des primes pour l'isolation. Aujourd'hui, il est nécessaire d'augmenter l'obligation qui pèse sur les fournisseurs d'énergie, afin de redynamiser et relancer le marché qui étouffe sous ses nouvelles tarifications.


Qu'en est-t-il des ménages en situation de précarité ?


Par définition, les ménages les plus précaires sont ceux qui ont les capacités d'investissement les plus faibles. La baisse des primes CEE dessert ces ménages qui vont voir leur reste à payer augmenter mécaniquement, en particulier auprès des plus précaires. La baisse du nombre de chantier ci-dessus s'explique notamment par cette augmentation de tarif cité ci-dessus. De ce fait, les acteurs de la filière de l'isolation essaient de maintenir leur activité en se tournant vers des ménages qui sont en mesure d'absorber ce coût plus élevé… L'avis est unanime : le rehaussement de l'obligation de la période, notamment pour les ménages en situation de précarité est demandé.


Comment la situation est-elle traitée ?


Sollicité et alerté depuis le début de cette période, le ministère de la Transition écologique assure vouloir résorber cette situation au plus vite. Maintenant que la baisse des tarifications a pris effet ce premier 1er mai, nous attendons que le gouvernement prenne la parole afin de nous informer des décisions prises et des solutions choisies pour lutter contre cette réforme.


29 vues