top of page

Un millier de projets sélectionnés par l'Etat pour son parc immobilier.




Dans l'optique de réduire sa consommation de gaz et de fioul dans ses bâtiments, l'administration centrale a prit soin de sélectionner un millier de projets de transition énergétique. Cette transition sera justifié par divers travaux allant de l'installation de panneaux photovoltaïques en toitures jusqu'au raccordement aux réseaux de chauffage urbains.

Rappelons le, la transition des énergies fossiles aux renouvelables est aujourd'hui une priorité absolue pour les pouvoirs publics.



Cette annonce du Gouvernement vise à réduire la consommation de gaz et de fioul des 192 000 bâtiments de l'Etat dans les meilleurs délais.

Bien que ce dernier soit "en avance" sur son plan vers la sobriété énergétique, le gouvernement se doit de maintenir cette vitesse de croisière et continuer de maintenir ses efforts si nous souhaitons atteindre nos objectifs en terme de climat dans les années à venir



Montrer l'exemple pour agir


Face à un tel contexte de crise énergétique et d'urgence climatique, il est impératif que la France baisse de 10% sa consommation d'énergie d'ici fin 2024. Malheureusement, les énergies fossiles sont encore très sollicités en représentant les deux tiers de cette consommation.

C'est en ce sens que l'Etat prend la décision de montrer l'exemple et ce, dès qu'il présente son plan de sobriété énergétique.

En effet, l'Etat agira en baissant les émissions de gaz à effet de serre de son propre parc immobilier qui représente pas moins de 94 millions de m² et d'une valeur de 70 milliards d'euros.

Quelques chiffres prometteurs


Aujourd'hui, ces actions menés sur le parc immobilier de l'Etat (en particulier le premier appel à projet lancé en avril 2022 par la direction de l'immobilier de l'Etat) ont d'ores et déjà porté leurs fruits :


  • Réduction de 8% sur les consommations d'électricité et de gaz en novembre 2022 comparé à novembre 2021.

  • Réduction de 7% sur les consommations d'électricité et 14% sur les consommations de gaz en décembre 2022 comparé à décembre 2021.


Un millier de projets retenus


A l'époque, nous comptions 800 projets qui avaient été sélectionnés pour économiser la consommation annuelle d'une agglomération de 25.000 habitants.

"Résilience 2", le nouveau projet initié en octobre dernier a pour objectif de diminuer plus rapidement cette consommation en visant l'hiver 2023-2024.

Changement des usages et rénovation du bâti sont englobés dans ce nouveau projet afin de garantir une cohérence à ce dernier. Le ministère de la Transition énergétique se justifie sur ce projet à double mouvement en ajoutant "Si on rénove un bâtiment tout en mettant le chauffage à 25 degrés, l'opération n'est pas vraiment réussie".

Choix des projets


Parmi 5.600 dossiers présentés, l'Etat en aura retenu un millier. Comment ces derniers ont été sélectionnés contrairement à d'autres ? C'est simple : les projets retenus, répartis sur l'ensemble du territoire, ont été sélectionnés de sorte à ce que ces derniers puissent rapidement être mis en œuvre afin d'obtenir un résultat concret dès l'hiver 2023-2024.

Par ailleurs, ce millier de projets concerne des préfectures, des gendarmeries, des établissement d'enseignement… En bref, toutes les activités de l'Etat sont concernés.

Au niveau du type de travaux, la aussi nous en avons plusieurs dont notamment l'installation d'un système de régulation de la production de chauffage ou de régulateurs terminaux sur les organes d'émission ou de distribution, tels que des robinets thermostatiques ou des pompes à débit variables.

Des raccordements à un réseau de chaleur renouvelable ou bien de récupération doivent aussi être réalisés sur plusieurs projets.


Quelques exemples de projets sélectionnés par l'Etat


Parmi ce millier de projets, nous vous en présentons 3 avec la typologie de travaux qui y sera réalisée :

  • Raccordement du Palais de Chaillot (75) au réseau de chauffage urbain en remplacement des chaudières gaz, à 0,50 €/kWh d’énergie fossile économisé par an.

  • Installation de panneaux photovoltaïques et stockage par batteries afin de couvrir la consommation électrique de la station d'Atuona, archipel des îles Marquises en Polynésie française, qui repose aujourd'hui sur l'électricité produite à 100 % par une centrale thermique à énergie fossile, à 1,22 €/kWh d’énergie fossile économisé par an.

  • Remplacement des chaudières fioul par une pompe à chaleur et mise en place d'une programmation centralisée du chauffage à la subdivision des phares et balises de Brest (29) à 1 €/kWh d’énergie fossile économisé par an.

Un Etat mobilisant également des fonds

Ce n'est pas moins de 130 millions d'euros que met l'Etat sur la table pour financer ces 1.000 projets de transition énergétique. Des investissements censés générer une économie de plus de 200 millions de kilowatts-heures d'énergie finale en fossile chaque année. Des chiffres conséquents qui représentent la consommation d'une ville de 50.000 habitants.

Depuis 2019, 3,9 milliards d'euros ont déjà été versés par le Gouvernement pour réaliser la rénovation des bâtiments publics.

L'objectif final ? Réduire de 40% la consommation énergétique des bâtiments tertiaires (dont les siens) d'ici 2030 et de 60% d'ici 2050.


Vous prévoyez d'entreprendre des travaux de rénovation énergétique ? En tant que mandataire CEE, nous vous obtenons des subventions pour réaliser ces derniers. Pour plus d'informations, n'hésitez pas à nous contacter, nous saurons vous répondre et vous aiguiller.




Comments


bottom of page